Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 14:17

   

  

- "Excuse me"

- "Yes ?"

- "What are those letters ?"
 
H pour Henri II.

- "Des lettres ? Où ça ?Sachez que nous ne sommes pas au Musée des lettres et manuscrits, ici (lien ).

Ah ! Vous voulez parler de cet alphabet au plafond ? En fait, ce sont des chiffres !"

Des A, des C, des L, des N partout, et même des lettres grecques ! On pourrait quasiment réviser son alphabet rien qu'en visitant le Louvre. Mais alors, de quoi s'agit-il ? Ces "chiffres" sont tout simplement les initiales ou monogrammes des différents souverains qui ont construit le Louvre.

Photo ci-dessus, le "H" d'Henri II (au plafond de la salle Braque,  Sully, 1er).

 

Parfois, le Roi ajoute les initiales de son épouse dans son monogramme. Ainsi, Henri II mêle son "H" avec le "C" de la Reine Catherine de Médicis, ce qui fait apparaître subtilement deux "D" enlacés, initiales de sa favorite, Diane de Poitiers.

Photo à droite, au 1er étage dans l'escalier Henri II, Sully.

H C D pour Henri II, Catherine de Médicis et Diane de Poitier
Z pour...Zapoléon !

Et au petit palmarès de "qui c'est qui en a le plus ?",  nous trouvons bien entendu le " Z" de "Zapoléon " ! … Pardon ?  On me souffle dans l'oreillette que je ferais mieux de retourner à l'école réviser mon histoire de France et de mettre les photos à l'endroit. Ok, ok ! Donc, nous disions le "N" de "Napoléon", qui a plus à voir avec le troisième du nom qu'avec le premier. Il y en a partout sur les façades, dans les salles, sur les murs, dans les escaliers, sur les poignées de portes, bref, on ne peut pas l'oublier.

Photo ci-contre prise dans l'escalier du Ministre, à Richelieu, en se penchant un peu.

Moins prolifiques, les "H" (pour Henri II et IV) et les « L » (faites votre choix depuis le 14e jusqu'à … Louis-Napoléon ! Encore lui !). N'oublions par les Charles, avec le « K » du 9e et le « C » du 10e. Attention ! Les "SL" et les "F" sont absolument anachroniques : nous les devons à … NapoléonIII bien sûr ! Il s'agit d'une sorte d'hommage à Saint Louis et à François Ier.
Après les Rois, la République, figure symbolique s'il en est. Le Louvre a continué de se construire et c'est l'initiale "R" qui a été inscrite sur les nouveaux bâtiments.
  R pour République.
Je ne peux publier tous ces chiffres dans un article, car il y en a...presque 26 ! Vous trouverez en annexe un album-photo très complet sous le titre Lettres-Chiffres. Bravo à Hermès Leroux qui a travaillé tout l'été et a arpenté des kilomètres dans et hors le Louvre pour traquer cet alphabet de chiffres.

 

Repost 0
Hermès Leroux et Louvreboite. - dans vocabulaire
commenter cet article
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 00:08

Dans une journée de travail nous répondons à un grand nombre de questions, mais pas toujours très variées ni très originales : Mona Lisa ? Toilettes ? Sortie ?noce-de-cana

Il y a aussi les amateurs de chiffres : Combien ça pèse ? Combien ça mesure ? Combien d'oeuvres exposées ? Combien de visiteurs par jour ? Par an ? Combien de kilomètres ? Combien vous êtes ? Combien ça coûte ?!?!  Etc, etc ...

Il est parfois difficile de répondre à ce genre de questions. Je suis plutôt fâché avec les chiffres, mais voici quelques notes que je vous livre ici.

En tentant de chiffrer le Louvre, chacun cherche à se rendre compte de l'énormité de ce monstre muséal. Il est vrai qu'au Louvre tout prend des proportions grandioses.

Alors c'est parti, on enfile son jogging et ses baskets. Préparez-vous, le Louvre, c'est la plus grande salle de sport au monde !

Il y a du chemin pour parcourir la totalité de la surface ouverte au public : près de 61000 m2 rien que pour les salles d'exposition (permanentes et temporaires), auxquels il convient d'additionner quelque 22000 m2 pour l'accueil du public ! Mais à cela s'ajoutent tous ces espaces que vous ne pouvez pas voir (et parfois nous non plus), qui portent la surface du musée du Louvre à environ 162000 m2 ! Et bientôt, en plus, les 3000 m2 des futurs Arts de l'Islam. Piouf ! Ça en fait du chemin ! Et pour parcourir tout cela, 14,5 km de salles et couloirs, 10000 marches d'escalier (on les a comptées), et quelque 70 ascenseurs et élévateurs.

Heureusement pour vous ;) toutes les salles ne sont pas ouvertes en permanence, voir le Planning de Fermeture Hebdomadaire :(

Et tous ces efforts sont réalisés par une moyenne de 25000 visiteurs par jour (une grosse journée peut monter jusqu'à 55 ou 60000), soit environ 8,5 millions pour l'année dernière ! Et près de 2000 personnes sont là pour conserver, présenter les 35000 oeuvres, surveiller, entretenir, nettoyer, bichonner ce vieux palais, et vous accueillir plus de 300 jours par an !Grenouilles

Pour illustrer cet article une photo du plus grand tableau du Louvre (Les Noces de Cana de Véronése, plus de 67 m2) (Denon, 1er, salle 6), qu'on ne peut pas rater, et, par contraste, un des plus petits objets des antiquités égyptiennes : une toute petite grenouille (n° 6) (H:0,80, L:0,68cm) (Sully, Rdc, salle 3), peu médiatisée, mais qui n'aura pas échappé au blog  egyptomusée.

Repost 0
Louvreboite et Hermès Leroux - dans vocabulaire
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 09:27
Au Louvre, à la surveillance, il y a tout un vocabulaire, un jargon de métier qui peut sembler un peu bizarre au néophyte, ainsi que des tournures de phrases inhabituelles : par exemple on dira "sous pyramide" au lieu de "sous la pyramide". Plutôt que de dire "On monte sur les toits", on dira "On va en toiture".  C'est comme ça, il faut s'y habituer.
Peut-être que ça vient du côté militaire de notre métier ? Affirmatif ! Il faut être bref, net et précis  pour communiquer rapidement.
Ne parlons pas des nombreux sigles sensés simplifier les conversations, on en trouve à tous les coins du musée. Quelques exemples : R.I.A., D.I., D.I.T., P.C., L.T., O.S, V.O., S.P.S.I., S.D.A.V., D.A.M.T.,
et B.C.T.M. ... Pour ne citer que les plus  courants. Il s'en crée d'ailleurs toujours de nouveaux,  et l'on continue parfois à utiliser les anciens (par exemple le B.A. est maintenant le B.C.T.O. mais peu d'entre nous le savent), ce qui, vous vous en doutez, ne simplifie rien du tout.

Les équipes mobiles ont des talkies et doivent apprendre le langage très spécial qu'on employe pour parler avec ces appareils. Tout est codé, on ne dit pas son nom mais un numéro, jamais de formule de politesse et surtout pas de longue conversation qui génerait tout le réseau.
Pour savoir où se trouve un collègue, on demande : "Position ?". Si l'on veut parler plus longuement avec lui, on dit : "Un contact par fil au 32-10 ". Vu de l'extérieur, ou plutôt entendu de l'extérieur par les non initiés, cela ressemble à de la bouillie avec plein de bip-bip-bip, mais les oreilles des pros arrivent à déchiffrer ces borborygmes et à savoir s'il se passe quelque chose d'anormal à l'autre bout du Musée ou dans la cour Napoléon.
Bien reçu ?
Terminé.
Repost 0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 12:27

Il n'y a pas que Napoléon que nous tutoyons quotidiennement, bien des grands de ce monde qui sont passés par le Louvre y ont laissé leurs noms. Nos districts ont les noms des artistes présentés, Donatello, Rubens, parfois même on fait des mariages (blancs) : Watteau-Fragonard ou Rembrandt-Vermeer...
Certaines salles, portes, escaliers, portent les noms de rois, d'architectes : salle Louis XIV, issue Charles X, escalier Mollien...
Les dieux de l'antiquité font aussi partie de notre vocabulaire, toutes confessions confondues, grecs, romains ou égyptiens. On navigue ainsi d'une époque à une autre, on saute des millénaires sans problème, on voyage tous les jours dans le temps !

On peux traverser Charles X, prendre Clarac, monter ou descendre Henri IV. Il arrive qu'on ouvre Marie-Antoinette (avec précaution), qu'on ferme Napoléon III ou Michel-Ange, qu'on s'assoie près de Goya, et qu'on détecte un défaut sur Henri II. Quelle familiarité ! Tous ces braves gens on le téléphone et y répondent en toute simplicité. Même la Vénus décroche sans difficulté au 46 10 !


Le grand logiciel qui nous gouverne s'appelle
"Osiris". C'est lui qui sait tout sur nous, si on est en retard de cinq minutes, où on travaille, et quand on part en vacances, rien ne lui échappe. Si on est mécontent de notre affectation, c'est la faute à personne : c'est Osiris qui a fait la "feuille" (et Osiris est un peu dur de la feuille !). Et quand Osiris est en panne, aïe, aïe, aïe ! il faut tout faire à la main comme au Moyen-Empire !


A gauche : Vénus de Milo, rez-de-chaussée, Sully, salle 12 des A.G.E.R.

A droite : Osiris, rez-de-chaussée, Sully, salle 13 des Antiquités Egyptiennes. 

Repost 0
6 novembre 2008 4 06 /11 /novembre /2008 00:00
Le bonhomme est assez important pour lui consacrer un deuxième article. Mais cette fois je vais vous parler du Napoléon interne, celui du jargon de la surveillance.
Pour nous, Napoléon, c'est une région, la 4ème région, la plus grande, qui concerne tout ce qui est non-muséographique autour de la pyramide. Dessous : l'acceuil, l'auditorium, les vestiaires, les boutiques... et en sous-sol : la VDI, les ateliers, les réserves... ainsi que tout l'exterieur jusqu'au jardin des Tuileries. Un sacré domaine ! Voyez sur la photo ce qu'on appelle la "cour Napoléon".
Le terme "Napoléon" devient donc un nom commun même si on lui laisse sa majuscule, c'est à la fois un nom de lieu :
_" Sais-tu où travaille Mr Machin ? _ à Napoléon."
_" La réunion aura lieu à Napoléon",  etc.
Cela désigne aussi des personnes :
le chef de Napoléon est appelé "Napoléon 1" (on n'ose quand même pas dire "premier"), et chacun a un numéro suivant son importance. J'ai donc eu l'autre jour au téléphone "Napoléon 3" qui s'inquiétait d'un scooter garé à proximité du Louvre !
Et là, j'ouvre une parenthèse : Napoléon ne supporte pas qu'on stationne près du Musée : scooter, voiture ou vélo accroché aux grilles, ça le met dans tous ses états ! Il voit rouge et tous les Napoléons s'agitent en tous sens et finissent par appeler la police, voire les démineurs !
Il est comme ça Napoléon, c'est un sanguin !
Mais c'est pour votre sé-cu-ri-té !

 

Repost 0
29 octobre 2008 3 29 /10 /octobre /2008 14:48
Il arrive souvent que les touristes non-francophones (et non-anglophones) se débrouillent dans le Musée avec deux ou trois mots plus ou moins "universels" : toilet, Mona Lisa...
Donc parfois ils demandent : " Napoléon ".
Mais c'est un peu court pour comprendre exactement ce qu'ils veulent voir !
Est-ce le grand tableau du sacre de Napoléon (peint par David, Denon, 1er étage, salle 75), ou bien les tableaux de la "légende" napoléonienne ? (toujours à Denon, 1er étage, salle 77)
Il y a aussi, à la galerie d'Apollon, Denon, 1er étage, salle 66, la couronne du sacre de Napoléon 1er,
mais il peut s'agir des appartements de style Napoléon III, à Richelieu, 1er étage. Pour les touristes  le chiffre III est parfois un détail. ( D'ailleurs je les comprends, il faut aussi s'accrocher pour  comprendre l'histoire avec tous ces rois qui ont le même nom)
Et, dernière possibilité, ils peuvent rechercher le hall Napoléon qui est l'espace d'acceuil sous pyramide et qu'on leur a peut-être indiqué pour rejoindre leur groupe, la librairie ou les objets trouvés !
Alors, Napoléon, d'accord ! Mais quoi , qui , pourquoi ?
Finalement il faut employer le langage des signes, ce qui donne lieu à de comiques gesticulations.
Voici une photo d'une redingote et de l'un des chapeaux mythique de Napoléon 1er. Attention, on ne les trouvera pas au Louvre, mais au Château de Fontainebleau. Mais j'avais quand même envie de vous les montrer.

 

Repost 0
20 septembre 2008 6 20 /09 /septembre /2008 00:00

Ceci est la photo d'un noyau !
On trouve des "noyaux" au Louvre surtout dans la partie Richelieu parce que là bas tout est plus moderne et pratique, vu que tout l'intérieur du bâtiment ancien (le ministère des finances) a été démoli et reconstruit moderne et pratique avec des ascenseurs, de beaux escalators, plein de toilettes et... des noyaux ! Ce sont en fait les issues de secours, des escaliers bétonnés du haut en bas du bâtiment pour évacuer le public en cas de sinistre. C'est donc ce que l'on trouve derrière les nombreuses portes "Issue de secours" (avec le petit bonhomme vert) qu'il ne faut pas confondre avec les portes de "Sortie" et, s'il vous plait, ne pas toucher à la crémone ! (Je veux pas vous compliquer mais les crémones sont des sortes de poignées sur les issues que les visiteurs touchent et alors ça sonne au P.C. et après ils nous téléphonent pour qu'on remonte la crémone sur la 412 ou sur Henri II ! ) Bref, le jargon du Musée... Mais c'est quoi le P.C. ? Nous verrons ça à une prochaine leçon ! Rangez vos cahiers et à la semaine prochaine !

Repost 0
5 juin 2008 4 05 /06 /juin /2008 13:50
C'est le blog d'un gardien de musée pour vous montrer l'envers du décor, vous faire voir ce que vous n'avez pas le temps de voir, visiteurs pressés...
C'est le blog de celui qui garde et qui regarde:
les oeuvres et les gens, les visiteurs et les collègues, je regarde tout !
Mais, premiere chose à savoir, les gardiens de musée, ça n'existent pas !
Nous sommes s'il vous plaît des agents de surveillance ! ( et ils vous diront encore, ce ne sont plus des agents depuis le "repyramidage" il n'y a plus que des adjoints !)
Bref, c'est idiot à mon avis mais on ne peut plus appeler un chat un chat mais un balayeur, technicien de surface etc...donc les gardiens ne veulent pas être appelés gardiens !
Booo !! Moi ça me déplaît pas d'être un gardien de trésor !
Pas trés important tout ça !
Et pour commencer je vous emmène dans les souterrains: la VDI !(voie de desserte intérieure)
Ah, c'est charmant ! un couloir de béton ! et plein de portes bien fermées ! Secret défense !

Repost 0

Présentation

  • : louvreboite
  • : c'est le blog d'un gardien de musée pour vous montrer l'envers du décor,vous faire voir ce que vous n'avez pas le temps de voir ...
  • Contact