Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 19:51

D
écidément, les agents de surveillance ont plusieurs casquettes ! Après les danseurs-performeurs menés par Robyn Orlin, c'est au tour des plasticiens de s'exposer.

Réunis en association au sein du Ministère de la Culture, quelques agents-artistes (ou artistes-agents ?) présentent leurs créations à la Mairie du 9ème arrondissement à Paris
, dans les Salons Aguado, 6 rue Drouot, métro Richelieu-Drouot, du mercredi 18 au Samedi 28 novembre.
Dessins, gravures, peintures, photographies, sculptures, objets d'arts et un hommage à André Malraux.
L'exposition est ouverte tous les jours sauf le dimanche, de 11h à 17h et les jeudis de 11h à 21h.
Repost 0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 10:31
Le Musée du Louvre offre à ses visiteurs un beau grand plan pour s'orienter dans le plus grand Musée du monde. Indispensable !
C'est vraiment nécessaire et je conseille à tous de le prendre et de l'étudier pendant une bonne demi-heure avant de rentrer dans le Musée, voire, mieux, de préparer sa visite à l'avance avec le site officiel du Louvre ou de suivre les conseils de ce blog plus ceux de Louvre-passion.
 Le plan est édité en 9 langues : 5 européennes, 1 arabe et 3 asiatiques. Hélas, rien pour les russes, qui s'en plaignent
(mais il manque un sponsor !)
Bon, ce plan n'est pas parfait, surtout depuis cet été : "ils" ont changé la maquette et les photos d'oeuvres sont trop petites. Est-ce parce que beaucoup de ces oeuvres majeures ne sont pas visibles dans le Musée ? En effet il ne faut pas trop se vanter de les exposer au Louvre si en fait elles sont à Atlanta ou au Japon...
D'autre part, le public confond les numéros de salles et d'oeuvres : nombreux sont ceux qui cherchent la Salle Rubens (numéro 34, en jaune) dans la salle 34 rouge. Et quand on sait qu'il y a plusieurs salles 34 au Musée, ça se complique.












Alors, au travail ! C'est presque une question de survie... Et  demandez aussi le "Calendrier d'ouverture hebdomadaire" en complément du plan si vous  ne voulez pas vous casser le nez sur les salles fermées et tomber sur le dos du pauvre agent de surveillance qui n'y est pour rien, je le rappelle.
Il manque aussi à ce plan un échelle car souvent les visiteurs demandent :
" Encore combien de kilomètres jusqu'à la Joconde ? "

Repost 0
30 octobre 2009 5 30 /10 /octobre /2009 10:00

Les robots de surveillance.
Je vous en parlais l'autre jour comme de la science fiction mais pourtant, ils existent ! J'ai fait une recherche sur le web et voici le beau robot que voilà !
Mignon ? Efficace ? Polyvalent ? Solide ?
En tout cas, très cher ! Mais ... jamais manquant, pas besoin de congés payés, de pause et de cantine,  pas de retraite et jamais en grève !
Peut-être que ça vaut le coup ?
Chuutt ! N'en parlez pas à notre Très Grand Directeur, ça pourrait lui donner de (mauvaises) idées.

Non, non, rien à faire, je suis sur qu'il ne peut pas remplacer un (bon) agent de surveillance par cette télé à roulette !

Repost 0
23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 15:41
Attention, attention ! Dimanche c'est le changement d'heure, et bien sûr, ça tombe sur mon week-end de travail ! (Un week-end sur deux)
Mais, râle pas, t'as une heure en plus !

Grumble grummel, mais tu sais bien que je vais me lever trop tôt et simplement arriver très en avance au boulot, et la journée va être interminable, et puis je sais jamais s'il faut avancer ou reculer la montre.

Alors là, ça y est, j'ai un truc infaillible pour ceux qui comme moi ne comprennent jamais où est la gauche de la droite et dans quel sens tourne la terre quand on est dans un avion. Un moyen mnémotechnique très simple :
En octob-RE, on RE-cule.
En AV-ril, on AV-ance.
Voilà, on ne se trompera plus ! Merci, Louvreboite !
En fait, merci Ikea chez qui j'ai appris ce truc en faisant mon shopping design à moindre coût.

Plus chéres, en revanche, les montres Breguet qui illustrent cet article. Une exposition sur les montres Breguet s'est tenue au Louvre en juin.
A gauche, la "Marie-Antoinette", à droite, la montre médaillon de Joséphine, entre les deux, des modèles plus simples qui me plaisent beaucoup (si jamais vous cherchez à me faire un cadeau...).

Repost 0
16 octobre 2009 5 16 /10 /octobre /2009 22:13
Les "gardiens" de Musée sont aussi des êtres humains. C'était un peu la démonstration de Robyn Orlin, au Louvre. C'est pas pour critiquer, mais.... on s'en doutait ! Surtout vous, lecteurs fidèles, car ce modeste blog vous montre l'envers du décor et le quotidien des humains-travailleurs de la Culture.
Mais il est bon de répéter, il y en a toujours au fond qui n'écoutent pas !
D'ailleurs, nous passons nos journées à répéter.

Voici un florilège de nos rabâchages quotidiens :
"...à Denon, au 1er étage."  ( je vous laisse deviner qui est à Denon, au 1er étage)
"...redescendez sous la pyramide. "
( la sortie)
"  Ne touchez pas, s'il vous plaît ! "

"...c'est fermé tous les
vendredis ..." "... tous les jeudis ..."
"...il n'est pas visible actuellement..., en exposition
..." ( là, la liste est longue)
"...allez plutôt au Musée d'Orsay." ( les impressionnistes)
, etc., etc.
Mais pourrions-nous être remplacés par des machines ?
Ça fait froid dans le dos, mais... peut-être un jour ? En tout cas il faudra  des machines avec plusieurs fonctions différentes et des ordinateurs assez sophistiqués pour déchiffrer les questions du public qui sont parfois un peu vagues :
Par exemple :
"Où sont les tableaux classiques ? Les Monet, Rembrandt, Picasso ?" (sic)
"C'est où le pavillon japonais ? " * (en fait il voulait voir les antiquités orientales)
"Elle est où Marie-Madeleine ?" * (ça, c'était après la folie Da Vinci Code)
"Je me souviens d'un tableau où une femme étend du linge... " * "...un garçon en bleu..." * "... une femme et un homme dans un paysage..." *  " le Christ en croix..." *

( * Toutes ces questions sont sic.)

Parfois même le visiteur, ne connaissant ni le titre ni l'auteur, nous mime la scène !
J'ai reconnu ainsi : La liberté guidant le peuple de Delacroix (Denon, 1er, salle77);
Jeune homme au bord de la mer de Flandrin (Sully, 2e, salle 63); et (souvent mimé) Gabrielle d'Estrée et sa soeur (Richelieu, 2e, salle 10), photo ci- dessous.

Vous comprendrez que pour tous ces jeux de devinette, l'être humain-agent de surveillance et d'acceuil est encore la meilleure solution ! Quo usque tandem ? *

* Jusqu'à quand ? Début d'un discours de Cicéron contre Catilina.
Repost 0
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 17:08
Encore quelques jours pour voir des "gardiens" de Musée complétement déjantés ! Le soir, on peut les voir s'échapper du Musée pour barboter dans les bassins autour de la pyramide avec de gros canards en plastiques. Ils crient, ils dansent, ils s'éclaboussent... c'est la fiesta !
Mais ce ne sont pas de vrais gardiens, je vous rassure, il s'agit des danseurs de la troupe de Robyn Orlin. Les vrais "agents de surveillance" sont des gens très sérieux !
Repost 0
28 septembre 2009 1 28 /09 /septembre /2009 14:42
Après mon article sur les sols du Musée, voilà qui "tombe" bien : j'ai trouvé par terre dans la Cour Khorsabad... des agents de surveillance  !
Les mauvaises langues diront qu'ils dorment en salle, comme d'habitude. Pas du tout,
ils dansent ! En fait, il s'agit  de :
Babysitting Petit Louis,
un spectacle de danse contemporaine mis en scène par Robyn Orlin. La chorégraphe crée un spectacle déambulatoire dans les salles du Musée, et elle a tenu à ce que des employés  (huit) soient associés à ce projet  avec trois danseurs, un comédien et un chanteur.
Ils vous entraînent dans un parcours riche en surprises, le Musée leur appartient, ils livrent le rapport intime qu'ils entretiennent avec les oeuvres et  avec le Louvre. Une belle expérience pour eux, et pour les spectateurs une belle performance où les "gardiens" se dévoilent. Le plus étonnant, c'est le mélange de faux gardiens danseurs, de vrais gardiens qui se déchaînent,  et d'autres gardiens encore plus vrais qui surveillent très sérieusement le spectacle.
Une performance réjouissante que vous pouvez partager avec eux :
Du 29 septembre au 8 octobre :
les mardi 29 septembre et 6 octobre, à 19h et 21h30,
les jeudi 1er et 8 octobre, le dimanche 4 et le lundi 5, à 20h30.
Réservation auprès du Louvre au
01 40 20 55 00
ainsi que sur www.fnac.com 
Repost 0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 14:38


On voit ces temps-ci de drôles de choses par les fenêtres. Des ouvriers évoluent entre ciel et terre, sur une corniche étroite.
C'est pour vérifier l'éclairage extérieur.
Rien qu'en faisant la photo bien à l'abri depuis l'intérieur du musée, j'avais le vertige !
Repost 0
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 17:54

Voici le rendez-vous saisonnier. Cette année, j'ai choisi parmi les sculptures françaises de la fin du XVIIe siècle, les quatre saisons, dont on retrouve des moulages au jardin des Tuileries autour du grand bassin octogonal.
L'été dernier était .
L'automne, sculpté par François Barois, prend ici le visage du
dieu des vergers, Vertumne.
C'est dans Les Métamorphoses d'Ovide que l'on trouve l'histoire de Vertumne et de Pomone, nymphe des jardins.
Le jeune dieu, amoureux de la nymphe prit différentes formes pour la séduire, mais en vain. Alors il se donna l'apparence d'une vieille femme pour l'approcher et la persuader qu'elle avait tort de se refuser à un amant aussi passionnément amoureux que Vertumne. La "vieille" plaida si bien en sa faveur que,  quand il reprit les traits d'un beau jeune homme, la nymphe fut séduite.
Vertumne épousa Pomone et leur fidélité immortelle leur permit de vieillir et de rajeunir sans cesse à l'image du cycle des saisons.
Ici, Vertumne reprend son apparence juvénile et  quitte son déguisement et son masque de vieille femme,
dans la Cour Puget à Richelieu.
Repost 0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 09:27
Au Louvre, à la surveillance, il y a tout un vocabulaire, un jargon de métier qui peut sembler un peu bizarre au néophyte, ainsi que des tournures de phrases inhabituelles : par exemple on dira "sous pyramide" au lieu de "sous la pyramide". Plutôt que de dire "On monte sur les toits", on dira "On va en toiture".  C'est comme ça, il faut s'y habituer.
Peut-être que ça vient du côté militaire de notre métier ? Affirmatif ! Il faut être bref, net et précis  pour communiquer rapidement.
Ne parlons pas des nombreux sigles sensés simplifier les conversations, on en trouve à tous les coins du musée. Quelques exemples : R.I.A., D.I., D.I.T., P.C., L.T., O.S, V.O., S.P.S.I., S.D.A.V., D.A.M.T.,
et B.C.T.M. ... Pour ne citer que les plus  courants. Il s'en crée d'ailleurs toujours de nouveaux,  et l'on continue parfois à utiliser les anciens (par exemple le B.A. est maintenant le B.C.T.O. mais peu d'entre nous le savent), ce qui, vous vous en doutez, ne simplifie rien du tout.

Les équipes mobiles ont des talkies et doivent apprendre le langage très spécial qu'on employe pour parler avec ces appareils. Tout est codé, on ne dit pas son nom mais un numéro, jamais de formule de politesse et surtout pas de longue conversation qui génerait tout le réseau.
Pour savoir où se trouve un collègue, on demande : "Position ?". Si l'on veut parler plus longuement avec lui, on dit : "Un contact par fil au 32-10 ". Vu de l'extérieur, ou plutôt entendu de l'extérieur par les non initiés, cela ressemble à de la bouillie avec plein de bip-bip-bip, mais les oreilles des pros arrivent à déchiffrer ces borborygmes et à savoir s'il se passe quelque chose d'anormal à l'autre bout du Musée ou dans la cour Napoléon.
Bien reçu ?
Terminé.
Repost 0

Présentation

  • : louvreboite
  • : c'est le blog d'un gardien de musée pour vous montrer l'envers du décor,vous faire voir ce que vous n'avez pas le temps de voir ...
  • Contact