Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 00:30

 

Et maintenant, place à un peu plus de vie et de gaieté !


La représentation du nu prend à partir du XVIIIe siècle un tour beaucoup plus sensuel. Les artistes travaillent "aux corps" avec de la chair vive. NUcomparaisonLa nudité est peinte (ou sculptée) pour titiller les sens, la sexualité est plus que présente.NUwateausatyre  Ceux qui riaient dans les salles des antiquités gréco-romaines vont maintenant pouffer et rougir. Certaines oeuvres du Louvre ne dépareraient pas au musée de l'érotisme !

(Rappelons à cette occasion que Pigalle n'est pas qu'une rue, c'est surtout et avant tout un grand sculpteur français du XVIIIe siècle que vous retrouverez dans la Cour Puget , à Richelieu.)

Pour les tableaux qui illustrent cet article, ils sont tous à Sully, 2éme étage.

En haut, à gauche, Nymphe et Satyre de Watteau, 1715 (salle 36);

à droite, La Comparaison de Frederic Schaal, fin XVIIIe (salle C).


NUboucherLa Femme est à l'honneur, ses formes dévoilées et mises en scène dans des oeuvres au fort pouvoir érotique. Les poses se font très aguichantes invitant à des activités voluptueuses. Les corps s'exposent sans pudeur comme dans L'Odalisque de Boucher, 1745 (salle 40), photo à gauche. 

 NUlemoyneLes décors et les draperies dessinent autour des personnages un "paysage" très suggestif. Voyez dans la toile de Le Moyne (photo à droite)   la forme équivoque de la massue  d'Hercule que tient la reine de Lydie, Omphale.


Jean-Honoré Fragonard est un grand spécialiste de ces petites scènes libertines, si caractéristiques du XVIIIe siècle, qui montrent beaucoup, à la fois par l'image et par le titre. Ces oeuvres friponnes et sensuelles sont  de petit format, souvent commandées par des collectionneurs privés.

 NUfragchemiseNUfragfeu 

 

Photos de deux Fragonard associés en pendant, La chemise enlevée, 1770, salle 49 et Le Feu aux poudres, 1778, salle A. 


Tandis que le XIXe siècle, réputé plus prude, prend le prétexte de l'orientalisme alors en vogue pour fantasmer le corps féminin et en exalter toute la sensualité.NUbain-turc 

Le Bain turc, par Ingres, 1862, salle 60.

Plusieurs de ces oeuvres ont un cadre en oculus (oeil rond ou ovale) comme si le spectateur-voyeur regardait par le trou de la serrure.

 

La sculpture n'est pas en reste, avec cette Nymphe au bain de Johan Tobias Sergel, fin XVIIIe, salle E au rez-de -chaussée à Denon. NunympheDoit-on guider votre regard vers le pilier hermaïque ? Vous ne savez pas ce qu'est un pilier hermaïque ? Ça y est, je crois que vous avez compris ! On trouvait de nombreux piliers  de ce genre à tous les carrefours de la Grèce antique.

Dans cette même salle, une autre petite oeuvre de Sergel, Centaure enlaçant une bacchante, est assez osée mais difficile à photographier et la base atlas ne montre pas les détails croustillants. Les amateurs sauront-ils la trouver ?


NUfauneEt enfin, un nu masculin qui expose beaucoup de lui-même, pour la plus grande joie des visiteurs: Faune endormi, par Bouchardon, 1730, copie d'un célèbre antique de la collection Barberini, rez de chaussée, Cour Puget à Richelieu.

Le Louvre est  connu depuis longtemps pour  ses oeuvres osées qui effarouchaient les prudes demoiselles du XIXe siècle (voir Zola: la noce à Gervaise, Baudelaire...). Même maintenant, certains guides  promettent à leur groupes d'aller voir les nus du Louvre. Et il y a des professionnels qui guident des visiteurs a-mateurs dans le Louvre coquin, en nocturne.


 

Partager cet article

Repost 0
Hermès Leroux et Louvreboite - dans musée
commenter cet article

commentaires

Cath 01/11/2010 18:11


Vraiment très intéressante cette visite. Moi qui ne suis pas une fan des musées, je trouve que les découvrir comme ça est vraiment enrichissant.
Bref, je suis arrivée ici un peu par hasard mais je reviendrai, c'est sûr.
Bonne soirée.


grillon 20/09/2010 15:25


J'aime bien le trait d'union dans le mot amateur ! lol !


Louvre-passion 18/09/2010 19:05


Il y a une double de l'odalisque coquine de Boucher, qui est blonde, à l'Alte Pinakothek de Munich. Ce serait le portrait d'une maîtresse de Louis XV, Marie-Louise O'Morphi, à voir à cette adresse
:
http://www.pinakothek.de/alte-pinakothek/sammlung/rundgang/rundgang_inc_en.php?inc=bild&which=4776


"Fille du Midi" 17/09/2010 21:55


Article "coquain" !!! Un peu de bonne humeur en ce début d'automne...


FAN 17/09/2010 10:01


Tiens, tiens, je ne me souvenais pas de ce bel homme endormi de Bouchardon!! Sexy en diable et très belle représentation du corps humain masculin!! Grand talent que ce Bouchardon!!
BISOUS FAN


Présentation

  • : louvreboite
  • : c'est le blog d'un gardien de musée pour vous montrer l'envers du décor,vous faire voir ce que vous n'avez pas le temps de voir ...
  • Contact