Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 23:00

Les chinois sont à l'honneur au Louvre en ce moment :
A Denon, Yan Pei-Ming, un artiste contemporain chinois expose, salle 76, et à Sully, 2e étage, salles 20 à 23, on peut voir une exposition de gravures, représentant les batailles de l'empereur de Chine K'ien-long, commandées à la France à l'époque de Louis XV.
Et en dehors du Louvre nul ne peux ignorer la polémique autour des deux bronzes chinois de la collection Bergé, qui est à la une des médias.
Mais l'engouement pour la Chine ou les pays asiatiques ne date pas d'hier. Dès le XVIIe siècle, en Europe, les porcelaines, vases, et laques étaient très recherchés par l'aristocratie. On en retrouve donc au Louvre dans les salles d'Objets d'art.
J'ai une prédilection pour les vases en porcelaine céladon, que l'on peut voir essentiellement à Sully, 1er étage,salle 64.
Céladon, héros du roman L'Astrée d'Honoré D'Urfé (1610), berger amoureux d'Astrée et vêtu de vert, aurait donné son nom à ces porcelaines arrivées en France et très prisées à cette période. Le nom Chinois est "qingci" qui signifie : porcelaine verdâtre.
A gauche, une photo d'un de ces vases chinois monté en bronze au XVIIIe siècle. (Celui-ci est actuellement présenté à l'exposition temporaire des Batailles dont j'ai parlé plus haut.)
Le vase lui-même à une forme très simple, très épurée, avec un léger relief de fleurs de pommier qui apparaissent plus blanches sous la glaçure de couleur céladon, une couleur très subtile, ni verte, ni bleue, ni grise, aux tons de jade.Ce vase est associé à des montures ostentatoires, complètement rococo, en bronze doré.

C'est un mélange d'esthétiques vraiment différentes, mais la sobriété orientale est tout aussi raffinée que l'exubérance occidentale.


Quelques exemples :

les deux premières photos viennent du Musée Guimet, les vases suivants, tous "bronzés", sont au Louvre.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sylvie 14/03/2009 10:38

La démarche (habiller un objet chinois au goût du 18ème occidental) était la même avec les laques dont on faisait des meubles. Et elle remonte à loin : l'aigle de Suger en est un bel exemple.

carmen cru 07/03/2009 14:45

ben moi ces bronzitudes sur la perfection épurée ça me plait pas du tout du tout. c'est du gâchi

alix 06/03/2009 12:22

Dans les années 1975-80 la France multipliait les relations avec la Russie, il est frappant de constater le nombre d'expositions (Grand Palais, Orangerie etc) dans ces années, consacrées aux oeuvres des musées de Moscou, "Leningrad" etc. Aujourd"hui c'est la Chine... C'est intéressant comme sont imbriquées histoire politique et histoire des expositions.

Louvre-passion 04/03/2009 21:13

Cette année le Louvre serait il très chinois ? (Après Abou Dabi). A ce propos je suis passé voir "les funérailles de Mona Lisa" sans être vraiment emballé.

Richard LEJEUNE 04/03/2009 21:08

Je trouve personnellement - en contradiction d'ailleurs avec votre dernière phrase - que la sobriété orientale est nettement plus raffinée que l'exubérance occidentale; et cela, dans tous les domaines et à toutes les époques.

Et il me semble qu'au seul regard, les vases que vous nous avez ici présentés parlent d'eux-mêmes. Je dirais même plus (sans toutefois me prendre pour l'un des deux Dupont ou Dupond): ils corroborent parfaitement mon sentiment en la matière.

Mais c'est bien évidemment un avis personnel ...

Présentation

  • : louvreboite
  • : c'est le blog d'un gardien de musée pour vous montrer l'envers du décor,vous faire voir ce que vous n'avez pas le temps de voir ...
  • Contact